Matthieu 21,33-42 (Mt 21,33-42), le texte

« Écoutez une autre parabole. Il y avait un propriétaire qui planta une vigne, l’entoura d’une clôture, y creusa un pressoir et bâtit une tour ; puis il la donna en fermage à des vignerons et partit en voyage. Quand le temps des fruits approcha, il envoya ses serviteurs aux vignerons pour recevoir les fruits qui lui revenaient. Mais les vignerons saisirent ces serviteurs ; l’un, ils le rouèrent de coups ; un autre, ils le tuèrent ; un autre, ils le lapidèrent. Il envoya encore d’autres serviteurs, plus nombreux que les premiers ; ils les traitèrent de même. Finalement, il leur envoya son fils, en se disant : Ils respecteront mon fils. Mais les vignerons, voyant le fils, se dirent entre eux : C’est l’héritier. Venez ! Tuons-le et emparons-nous de l’héritage. Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent. Eh bien ! lorsque viendra le maître de la vigne, que fera-t-il à ces vignerons-là ? » Ils lui répondirent : « Il fera périr misérablement ces misérables, et il donnera la vigne en fermage à d’autres vignerons, qui lui remettront les fruits en temps voulu. » Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs, c’est elle qui est devenue la pierre angulaire ; c’est là l’œuvre du Seigneur : Quelle merveille à nos yeux. » (Matthieu 21,33-42 TOB)

Matthieu 5,3-12

Matthieu 5,3-12 Les « Béatitudes » – Préliminaires : « Non, le malheureux n’est pas heureux ! »

Déclarer ou désigner ces personnes heureuses ou bienheureuses ne peut qu’être invitation, mise en marche, motivation pour aller ailleurs, sortir, renaître

vers un réalité autre, celle qu’on appelle règne ou royaume de Dieu,

promesse qui devient projet.

Il y a projet pour vous,

projet de vie qui n’attend que de se réaliser,

de s’inscrire dans l’histoire du salut,

votre histoire et celle de ce que nous appelons Église ;

davantage, quand il y a inscription dans une histoire collective,

et seulement en ce moment-là,

il y a cette réalité que nous appelons Église.

Matthieu 4,12-23 – « Quand le père, en son fils, suit son fils – Il délaisse sa patrie, la cathédrale » (commentaire)

Matthieu 4,12-23, le texte (TOB)

Matthieu 4,12-23 – « Quand le père, en son fils, suit son fils – Il délaisse sa patrie, la cathédrale » ; notes exégétiques et pistes homilétiques (commentaire)

« Aux confins de … » (P. Bonnard), « aux frontières » (A. Chouraqui), donc l’entre-deux, ce qui nous renvoie aujourd’hui au contexte interreligieux qui est notamment celui du Sud-Ouest lausannois, avec la différence, suite à l’universalisme du message de Jésus (« toute maladies et toute infirmité » du v. 23, « les foules » v. 23-25, puis le sermon sur la montagne qui suit), que ce qui à l’époque pouvait être compris comme polémique est maintenant interpellation, au-delà du « simple » œcuménisme. Aussi, comme à l’époque, le contexte n’est pas seulement religieux, mais, que ça plaise ou non, aussi politique.

Jésus « quitte, abandonne Nazareth » (« zurücklassen, verlassen »), il laisse, « il abandonne sa patrie » (TOB) et se retire dans un contexte interreligieux pour y accomplir le début de son ministère.

Matthieu 4,12-23 ; le texte (TOB)

 “12 Ayant appris que Jean avait été livré, Jésus se retira en Galilée. 13 Puis, abandonnant Nazara, il vint habiter à Capharnaüm, au bord de la mer, dans les territoires de Zabulon et de Nephtali, 14 pour que s’accomplisse ce qu’avait dit le prophète Esaïe : 15 Terre de Zabulon, terre de Nephtali, route de la mer, pays au-delà du Jourdain, Galilée des Nations ! 16 Le peuple qui se trouvait dans les ténèbres a vu une grande lumière ; pour ceux qui se trouvaient dans le sombre pays de la mort, une lumière s’est levée. 17 A partir de ce moment, Jésus commença à proclamer : « Convertissez-vous : le Règne des cieux s’est approché. » 18 Comme il marchait le long de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon appelé Pierre et André, son frère, en train de jeter le filet dans la mer : c’étaient des pêcheurs. 19 Il leur dit : « Venez à ma suite et je vous ferai pêcheurs d’hommes. » 20 Laissant aussitôt leurs filets, ils le suivirent. 21 Avançant encore, il vit deux autres frères : Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère, dans leur barque, avec Zébédée leur père, en train d’arranger leurs filets. Il les appela. 22 Laissant aussitôt leur barque et leur père, ils le suivirent. 23 Puis, parcourant toute la Galilée, il enseignait dans leurs synagogues, proclamait la Bonne Nouvelle du Règne et guérissait toute maladie et toute infirmité parmi le peuple.” (Matthieu 4,12-23 TOB)

Matthieu 2,1-15 ; le texte (TOB)

 “1 Jésus étant né à Bethléem de Judée, au temps du roi Hérode, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem 2 et demandèrent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son astre à l’Orient et nous sommes venus lui rendre hommage. » 3 A cette nouvelle, le roi Hérode fut troublé, et tout Jérusalem avec lui. 4 Il assembla tous les grands prêtres et les scribes du peuple, et s’enquit auprès d’eux du lieu où le Messie devait naître. 5 « A Bethléem de Judée, lui dirent-ils, car c’est ce qui est écrit par le prophète : 6 Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n’es certes pas le plus petit des chefs-lieux de Juda : car c’est de toi que sortira le chef qui fera paître Israël, mon peuple. » 7 Alors Hérode fit appeler secrètement les mages, se fit préciser par eux l’époque à laquelle l’astre apparaissait, 8 et les envoya à Bethléem en disant : « Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant ; et, quand vous l’aurez trouvé, avertissez-moi pour que, moi aussi, j’aille lui rendre hommage. » 9 ¶ Sur ces paroles du roi, ils se mirent en route ; et voici que l’astre, qu’ils avaient vu à l’Orient, avançait devant eux jusqu’à ce qu’il vînt s’arrêter au-dessus de l’endroit où était l’enfant. 10 A la vue de l’astre, ils éprouvèrent une très grande joie. 11 Entrant dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie, sa mère, et, se prosternant, ils lui rendirent hommage ; ouvrant leurs coffrets, ils lui offrirent en présent de l’or, de l’encens et de la myrrhe. 12 Puis, divinement avertis en songe de ne pas retourner auprès d’Hérode, ils se retirèrent dans leur pays par un autre chemin. 13 Après leur départ, voici que l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : « Lève-toi, prends avec toi l’enfant et sa mère, et fuis en Egypte ; restes-y jusqu’à nouvel ordre, car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr. » 14 Joseph se leva, prit avec lui l’enfant et sa mère, de nuit, et se retira en Egypte. 15 Il y resta jusqu’à la mort d’Hérode, pour que s’accomplisse ce qu’avait dit le Seigneur par le prophète : D’Egypte, j’ai appelé mon fils.” (Matthieu 2,1-15 TOB)