Évangile selon Luc, chapitre 24, versets 33 à 53 – L’apparition aux Onze

“33 A l’instant même, ils partirent et retournèrent à Jérusalem ; ils trouvèrent réunis les Onze et leurs compagnons, 34 qui leur dirent : « C’est bien vrai ! Le Seigneur est ressuscité, et il est apparu à Simon. » 35 Et eux racontèrent ce qui s’était passé sur la route et comment ils l’avaient reconnu à la fraction du pain. 36 ¶ Comme ils parlaient ainsi, Jésus fut présent au milieu d’eux et il leur dit : « La paix soit avec vous. » 37 Effrayés et remplis de crainte, ils pensaient voir un esprit. 38 Et il leur dit : « Quel est ce trouble et pourquoi ces objections s’élèvent-elles dans vos cœurs ? 39 Regardez mes mains et mes pieds : c’est bien moi. Touchez-moi, regardez ; un esprit n’a ni chair, ni os, comme vous voyez que j’en ai. » 40 A ces mots, il leur montra ses mains et ses pieds. 41 Comme, sous l’effet de la joie, ils restaient encore incrédules et comme ils s’étonnaient, il leur dit : « Avez-vous ici de quoi manger ? » 42 Ils lui offrirent un morceau de poisson grillé. 43 Il le prit et mangea sous leurs yeux. 44 Puis il leur dit : « Voici les paroles que je vous ai adressées quand j’étais encore avec vous : il faut que s’accomplisse tout ce qui a été écrit de moi dans la Loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes. » 45 Alors il leur ouvrit l’intelligence pour comprendre les Ecritures, 46 et il leur dit : « C’est comme il a été écrit : le Christ souffrira et ressuscitera des morts le troisième jour, 47 et on prêchera en son nom la conversion et le pardon des péchés à toutes les nations, à commencer par Jérusalem. 48 C’est vous qui en êtes les témoins. 49 Et moi, je vais envoyer sur vous ce que mon Père a promis. Pour vous, demeurez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez, d’en haut, revêtus de puissance. » 50 ¶ Puis il les emmena jusque vers Béthanie et, levant les mains, il les bénit. 51 Or, comme il les bénissait, il se sépara d’eux et fut emporté au ciel. 52 Eux, après s’être prosternés devant lui, retournèrent à Jérusalem pleins de joie, 53 et ils étaient sans cesse dans le temple à bénir Dieu.” (Luc 24,33-53 TOB)

 

 

Luc 2,22-40 ; le texte (TOB)

“22 Puis quand vint le jour où, suivant la loi de Moïse, ils devaient être purifiés, ils l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur 23 — ainsi qu’il est écrit dans la loi du Seigneur : Tout garçon premier-né sera consacré au Seigneur —  24 et pour offrir en sacrifice, suivant ce qui est dit dans la loi du Seigneur, un couple de tourterelles ou deux petits pigeons. 25 ¶ Or, il y avait à Jérusalem un homme du nom de Syméon. Cet homme était juste et pieux, il attendait la consolation d’Israël et l’Esprit Saint était sur lui. 26 Il lui avait été révélé par l’Esprit Saint qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ du Seigneur. 27 Il vint alors au temple poussé par l’Esprit ; et quand les parents de l’enfant Jésus l’amenèrent pour faire ce que la Loi prescrivait à son sujet, 28 il le prit dans ses bras et il bénit Dieu en ces termes : 29 « Maintenant, Maître, c’est en paix, comme tu l’as dit, que tu renvoies ton serviteur. 30 Car mes yeux ont vu ton salut, 31 que tu as préparé face à tous les peuples : 32 lumière pour la révélation aux païens et gloire d’Israël ton peuple. » 33 Le père et la mère de l’enfant étaient étonnés de ce qu’on disait de lui. 34 Syméon les bénit et dit à Marie sa mère : « Il est là pour la chute ou le relèvement de beaucoup en Israël et pour être un signe contesté 35 — et toi-même, un glaive te transpercera l’âme ; ainsi seront dévoilés les débats de bien des cœurs. » 36 Il y avait aussi une prophétesse, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était fort avancée en âge ; après avoir vécu sept ans avec son mari, 37 elle était restée veuve et avait atteint l’âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s’écartait pas du temple, participant au culte nuit et jour par des jeûnes et des prières. 38 Survenant au même moment, elle se mit à célébrer Dieu et à parler de l’enfant à tous ceux qui attendaient la libération de Jérusalem. 39 Lorsqu’ils eurent accompli tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. 40 Quant à l’enfant, il grandissait et se fortifiait, tout rempli de sagesse, et la faveur de Dieu était sur lui.” (Luc 2,22-40 TOB)

Luc 2,22-40 ; le texte (TOB)

“22 Puis quand vint le jour où, suivant la loi de Moïse, ils devaient être purifiés, ils l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur 23 — ainsi qu’il est écrit dans la loi du Seigneur : Tout garçon premier-né sera consacré au Seigneur —  24 et pour offrir en sacrifice, suivant ce qui est dit dans la loi du Seigneur, un couple de tourterelles ou deux petits pigeons. 25 ¶ Or, il y avait à Jérusalem un homme du nom de Syméon. Cet homme était juste et pieux, il attendait la consolation d’Israël et l’Esprit Saint était sur lui. 26 Il lui avait été révélé par l’Esprit Saint qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ du Seigneur. 27 Il vint alors au temple poussé par l’Esprit ; et quand les parents de l’enfant Jésus l’amenèrent pour faire ce que la Loi prescrivait à son sujet, 28 il le prit dans ses bras et il bénit Dieu en ces termes : 29 « Maintenant, Maître, c’est en paix, comme tu l’as dit, que tu renvoies ton serviteur. 30 Car mes yeux ont vu ton salut, 31 que tu as préparé face à tous les peuples : 32 lumière pour la révélation aux païens et gloire d’Israël ton peuple. » 33 Le père et la mère de l’enfant étaient étonnés de ce qu’on disait de lui. 34 Syméon les bénit et dit à Marie sa mère : « Il est là pour la chute ou le relèvement de beaucoup en Israël et pour être un signe contesté 35 — et toi-même, un glaive te transpercera l’âme ; ainsi seront dévoilés les débats de bien des cœurs. » 36 Il y avait aussi une prophétesse, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était fort avancée en âge ; après avoir vécu sept ans avec son mari, 37 elle était restée veuve et avait atteint l’âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s’écartait pas du temple, participant au culte nuit et jour par des jeûnes et des prières. 38 Survenant au même moment, elle se mit à célébrer Dieu et à parler de l’enfant à tous ceux qui attendaient la libération de Jérusalem. 39 Lorsqu’ils eurent accompli tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. 40 Quant à l’enfant, il grandissait et se fortifiait, tout rempli de sagesse, et la faveur de Dieu était sur lui.” (Luc 2,22-40 TOB)

Luc 2,1-21 et 18,15-17 – Méditation de Noël : « Les gens amenait à Jésus les nouveau-nés … pour qu’ils les touche … »

Un enfant …

Il est là …

On ne connaît pas le père, … mais l’enfant est là …

L’ange avait dit à Joseph d’assumer la paternité …

… parce que tout enfant qui est là … est un enfant voulu par Dieu.

Et Joseph assume …

L’enfant est là …

Il est sur la paille, dans une mangeoire …

Même si les hommes ne l’accueille pas …

… il participe à la création … la création toute entière ; il en fait partie.

Elle le reçoit, elle l’entoure, elle l’accueille …

… parce que tout enfant fait partie de la bonne création …

Sans lui, la création ne serait pas ce qu’elle est …

Davantage :

tout enfant,

quel qu’il soit,

n’est pas seulement créé, voulu par Dieu,

mais crée à son image …

L’enfant, tout enfant ressemble à Dieu …

C’est ça qui fait la sainteté, sa sainteté, notre sainteté …

L’enfant s’appelle : « Dieu sauve » ; Jésus, en hébreu.

L’enfant est notre salut ….

… Tout enfant est salut …

En l’enfant, en cet enfant, nous sommes tous enfants de Dieu …

Nous sommes tous, vous, moi, chacun, chacune, voulu par Dieu …

Et nous faisons tous, chacun, chacune, vous, moi, partie de cette grande création …

Nous sommes création …

Nous sommes bonnes création …

L’enfant s’appelle « Dieu sauve » …

Le salut … ?

« Je vous le déclare, qui n’accueille pas le Royaume de Dieu comme un enfant … n’y entrera pas »

Je vous le déclare, qui n’accueille pas l’enfant …

n’entrera pas dans le Royaume de Dieu …

Le Royaume de Dieu ?

Le salut, le bonheur, soi-même, la vie, sa vie …

… qui n’accueillera pas sa vie, soi-même …

… soi-même comme enfant …

… comme donné, comme voulu, comme créé,

… … comme enfant de Dieu …

… et qui n’accueillera pas autrui

… comme donné, voulu, créé …

… saint, précieux, digne …

… autrui comme enfant de Dieu …

… soi-même comme un enfant de Dieu …

 … n’entrera pas dans le Royaume de Dieu ?

Comme un enfant … ?

L’enfant, comment accueille-t-il la vie, sa vie, et le monde, et soi-même, et autrui ?

« Les gens amenait à Jésus les nouveau-nés … pour qu’ils les touche … »

Pour qu’ils les touche …

Toucher Dieu … et être touché par Dieu …

… … …

Toucher et se laisser toucher !?

Se laisser toucher par soi-même, et les autres …

… les émotions

… le monde …

… autrui …

… la parole …

« Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix à vous … en qui Dieu se plaît … »

 … toucher et être touché, modeler et être modelé,

… créer et être créé, re-créé,

… naître et renaître …

… être nouveau-né …

Pour l’enfant,

tous les jours,

… c’est Noël !

Armin Kressmann 2013

(Suite à l’exégèse

Luc 2,1-20(21) « Pour Dieu tout enfant est légitime, quoi qui soit arrivé à lui ou à sa maman »

Luc 2,1-20 ; le texte (TOB)

Luc 2,1-20(21) « Pour Dieu tout enfant est légitime, quoi qui soit arrivé à lui ou à sa maman » ; notes exégétiques et homilétiques (commentaire)

« La réalisation de soi, « le salut », est une réalisation de l’enfant qui naît en nous ; vivre est faire naître l’enfant en nous. Le lieu en est la mangeoire, la crèche de toute la création. Cependant, le chemin passe par le Christ (messie ; « laissez venir les enfants à moi »), la croix et la résurrection (et non l’Église). »