Visites des classes avril 2014 – Pâques, les religions monothéistes, éthique

Voici un plan de visites de classes (4P et 6P Harmos ; écoles vaudoises) en vue de Pâques :

Actions Moyens Contenus Intentions
Se présenter mutuellement Dialogue, noter au tableau Définir la relation, établir un lien
Pâques pour vous ? Partage, noter au tableau Rassembler les visions et les questions, sentir les besoins
Présenter, observer, réfléchir ensemble Un bouquet de fleurs  Pâques, le printemps et la nature L’universalité de la fête, le lien avec la nature, la vie et sa fragilité ; la base commune à tous
Les lapins et les œufs Renouveau, la vie Faire le lien avec la vie des enfants
Qui connaît ce livre ? La bible Raconter : les témoins d’autrefois Entrer dans la dimension historique ; le récit, la narration
De qui parle-t-il ? Partage, faire raconter et raconter Abraham … les religions monothéistesMoïse … les religions du livre et la PâqueJésus … le christianisme et Pâques Des histoires de vie et ce qui nous est communLa question de la libertéLa question de la vie et de la mort
Écrire, poser, témoigner, s’exposer – ex-ister, donc se différencier et devenir quelqu’un à l’intérieur d’un univers commun La Thora (bible hébraïque), le Nouveau Testament grec, la Bible et le Coran Écrire : le livre, l’écrit, le témoignage Différencier, décliner … les religions comme grammaires d’un « langage » (de la vie) universel commun (l’amour) ; universalité et particularité
Pâques, au-delà des lapins et des œufs, raconter … La croix La semaine sainte et Pâques La finitude de la vie, sa vulnérabilité, la mort, l’espoir, la valeur de la vie
… et la question de Dieu Dessin :Abraham et Moïse … le judaïsmeAbraham, Moïse et Jésus … le christianisme

Abraham, Moïse, Jésus et Mahomet … l’Islam

Il y en a qui disent qu’il y a quelqu’un qui nous déclare précieux et qui nous traite en conséquence, au-delà de tout ce que nous vivons ; on les appelle « croyants » La dignité humaine et les valeurs du vivre ensemble ; éthique et/ou morale
Et c’est bon ainsi … A chacun/e un chocolat Un bouquet d’enfants « Tu es précieux/euse … » ; « l’œcuménisme interreligieux »
Selon les niveaux, les attentes et les circonstances davantage développer l’un ou l’autre des aspects

Armin Kressmann 2014

École vaudoise – Visites des classes par un ecclésiastique

L’école vaudoise et les Églises

Dans le canton de Vaud (Suisse), c’est aux Églises reconnues par l’État comme institutions publiques que le mandat de visiter les classes a été remis. Ce sont des ecclésiastiques attitrés qui sont censés l’assumer (Anne-Catherine Lyon, conseillère d’Etat ; « Interventions des collaborateurs et collaboratrices des Eglises reconnues comme institutions publiques dans l’école obligatoire » ; Lausanne 2008). Comme les enseignants, ces intervenants sont tenus à respecter une certaine neutralité et à intervenir par subsidiarité, c’est-à-dire au nom des deux Églises et dans un esprit œcuménique. Dans ce sens, il ne s’agit pas de confronter les différentes religions au niveau de la foi, mais, respectant la laïcité de l’école, de contribuer au travail que les enseignants font, la transmission de connaissances et de valeurs dans une vision universelle ; même s’il faut reconnaître que la séparation des sphères n’est pas toujours évidente (cf. quelques postulats : « Le savoir et le sens des visites des classes dans les écoles vaudoises »).

Armin Kressmann 2014

 

Déontologie pastorale, une proposition (Armin Kressmann, EERV Église évangélique réformée du canton de Vaud)

Pour une déontologie1 pastorale2

1 PasteurE est une profession.

1.1 Profession veut dire et vocation (appel, « Berufung » ; « que voulons-nous professer ? ») et métier (professionnalisme, « Beruf »).

1.2 La vocation de pasteurE3 est de proclamer l’Évangile, en paroles et en actes (dont, mais pas exclusivement, les sacrements et tout ce qui est sacramentel et rituel).

1.2.1 « Dieu pour toi. »4

1.2.2 C’est ce qui fait la spécificité de sa profession ; elle en fait un ministère5.

1.3 Ce que la société civile, dans le canton de Vaud (Suisse) à travers sa Constitution, en faisant appel au professionnalisme des intervenants, notamment en aumônerie, indique par « la contribution des Eglises et communautés religieuses au lien social et à la transmission de valeurs fondamentales » (article 169).

1.4 Le professionnalisme du pastorat réside dans les compétences techniques en herméneutique, l’articulation entre la compréhension des situations concrètes, notamment à travers les outils de la philosophie et des sciences humaines, et l’exégèse biblique. Cependant, pour le pasteur en tant que théologien, l’enjeu principal n’est pas ce qu’Abraham, Moïse ou Jésus ont fait ou dit, mais ce qu’ils feraient et diraient aujourd’hui dans la situation dont il s’agit ici et maintenant.

2 Dans la vie, dans le travail, dans une situation concrète, pour le pasteur, ce n’est pas la bible qui compte, mais le « je » professionnel après avoir étudié et la situation et la bible. Ce n’est pas Dieu qui compte, mais le « je » devant Dieu.

2.1 L’outil de travail principal du pasteur est sa personne.

2.1.1 Il engage sa personne pour le bien de ses contemporains.

2.1.1.1 Ce qui est bien, il le cherche en communauté d’Église et dans le dialogue et la confrontation avec la pensée du monde.

2.2 Il respecte et défend les droits de l’homme.

Read More